Retour
.
Étape 3: Hyper-fonctionalités 
et effets indésirables
..
Hyper-salivation : Production excessive de salive de consistance liquide à épaisse en fonction de l'hydratation, mais aussi de traitements influant sur les glandes salivaires.
Démangeaisons localisées : Elles peuvent se manifester vivement, sous l'effet d'un appui prolongé, de l'application d'un produit hydratant, d'un savon mal rincé ou provoquant une réaction allergène ou d'une modification physiologique imputable à la SLA. Il n'y a pas vraiment de terrains favorables, ou bien ils sont très nombreux et les crises sont aléatoires. La cause de ces démangeaisons est encore inconnue dans cette étude. A élucider
Se mordre la langue : Dû à une faiblesse musculaire, la langue ne se retire pas correctement à l'intérieur des mâchoires et sous le serrage incontrôlé des dents, le bout de la langue subit des lésions ainsi que les parties latérales. 
Pieds équins ou valgus ? : Dans le cas de la SLA, l'atrophie musculaire, qui peut être associée à une contraction des tendons, déforme le ou les pieds, rendant la marche impossible. Un pied équin à se tend vers l'avant et la marche se fait en posant l'extrémité du pied en premier, alors qu'un pied valgus se replie vers l'intérieur et l'appui se fait sur le bord extérieur du pied. A valider
Doigts repliés : La déformation de la main, qui se traduit par une pliure des doigts résulte par un déséquilibre des muscles extenseurs (qui s'atrophient) et les muscles fléchisseurs se raidissent. A valider
Avoir trop chaud (périodes de progression de la maladie) : Il s'agit d'un constat personnel qui doit être confirmé. La dégénérescence musculaire étant liée à une hyperactivté des cellules musculaires, la sensation de chaleur, qui peut être assez intense, correspond aux phases de progression de la maladie.
Fausses routes : Salives, liquides ou aliments qui prennent le chemin de la trachée au lieu de l'oesophage, direction l'estomac.
Fasciculations : Les fasciculations correspondent à des contractions musculaires involontaires, spontanées de quelques fibres musculaires qui ne s'accompagnent pas de mouvements. Elles se manifestent par la contraction brutale d'une fibre musculaire. Les fasciculations sont le signe d'une souffrance nerveuse que lorsqu'elles apparaissent dans un muscle atrophié ou déficitaire.
Spasticité : La spasticité (ou spasmodicité) est un trouble moteur caractérisé par des contractures musculaires involontaires touchant les muscles volontaires des membres, du tronc, se traduisant par une rigidité des mouvements. La spasticité pyramidale se traduit par des contractures musculaires dont l'origine est une atteinte du faisceau pyramidal (voie des fibres nerveuses commandant les mouvements volontaires ; elle descend du cortex cérébral à destination des muscles des membres et du tronc).
Cumul de germes dans la trachée : (sous trachéotomie)
Irrégularités du transit intestinal : (selles)
.