retour
La mouche

     Une mouche, c'est toujours emmerdant. Mais l'on n'imagine pas à quel point lorsqu'on ne peut plus bouger, pas même la possibilité d'envoyer un soupçon de souffle d'air. 
     Et voilà que LA mouche entre dans ma chambre !
     Je ne la lâche pas du regard. Je réalise qu'entre elle et moi, un contact va inévitablement se produire (sans affinités, merci !).
     Pour l'instant, elle tourne au plafond et mes yeux poursuivent chacun de ses virages, estiment en continu son altitude... Putain que ça va vite une mouche !!! Je n'avais jamais évalué de manière aussi précise les capacités de pilotage de l'espèce. Ce que j'ai moins apprécié, c'est son piqué... pire qu'un zéro !  La mouche a disparu !... Hitchcock est un pitre avec ses histoires. Soudain, un premier passage au ras de mon visage... et vas-y que je passe et que je repasse... elle me nargue, j'en peux pluuuuus ! entre nous deux, c'est maintenant une affaire de combat psychologique. Mais pire arriva. Voilà qu'elle se pose sur mon front, et comme si elle ne m'emmerdait pas suffisamment, elle commence à marcher la conne ! joue, menton, nez, tout y passe. Mais voilà ! une mouche, ça a un QI de poêle à frire, et elle ne se doute pas un instant que mon ordi peut parler pour moi. Mais malgré tous les progrès de l'informatique, celui-ci ne parle pas la mouche ! tsssssss. Alors, j'appelle Arno, qui pour l'occasion se métamorphose en serial Killer, et en moins de deux, abat le kamikaze.
    Ceci n'est pas une fiction, toute ressemblance avec des personnes ... blabla blabla ... je ne révélerai donc pas l'identité de la mouche.