Retour
.
Étape 8 : Glandes salivaires - hyper-salivation
..
Quelles glandes sont impliquées dans l'hyper-salivation ?
   Il existe 3 types de glandes salivaires, sans compter les glandes secondaires, plus petites,
Solutions : A ce jour, il n'y a pas de traitement permettant de supprimer ce désagrément qui peut être, dans certains cas, très perturbant pour le patient. Il existe, cependant, des solutions pour
  • Les patchs de scopolamine : Initialement prescrit dans la prévention du mal des transports, la scopolamine est également utilisée pour réduire l'encombrement des voies aériennes supérieures par excès de sécrétions salivaires. Mais l'amélioration est insuffisante et la gêne occasionnée résiduelle reste importante.
  • L'atropine : L'atropine est un alcaloïde présent dans diverses plantes. Elle est utilisée chez les patients qui présentent une hyper-salivation à raison de quelques gouttes placées sous la langue. Parmi ses nombreuses propriétés, elle assèche de nombreuses sécrétions dont la production de salive, mais également sécrétions nasales, bronchiques, pancréatiques, gastriques, etc. Bien que sa durée d'action soit relativement courte, ses autres propriétés peuvent avoir des effets indésirables : dilatation de la pupitres, accélération du rythme cardiaque...
  • L'hydratation : L'organisme doit absorber une certaine quantité d'eau journalière. Un excès de boisson ou une insuffisance d'hydratation peuvent avoir de multiples effets néfastes à l'organisme parmi lesquels une fluidification ou un épaississement de la salive.
  • Sinuspax : (témoignage perso) Médicament homéopathique utilisé dans le traitement des sinusites (sans prescription, non remboursé). Du fait qu'il assèche les muqueuses, il réduit également la quantité de salive produite. Inconvénient: la salive s'épaissit. Il faut donc trouver le bon équilibre (nombre de cachets : 1 à 6 / j) et ne pas insister si la salive est remplacée par des glaires trop épaisses; ATTENTION : je suis trachéotomisé et les glaires, pour moi, ne présentent pas de danger.
  • Injections de botuline : Ou botox, injecté dans les glandes salivaires a pour effet d'inhiber leur fonction. Mais tout comme pour son utilisation en chirurgie plastique, son action est limitée dans le temps et les injections doivent être régulièrement répétées. Certains témoignages précisent que cette cette pratique est douloureuse.
  • Naltrexone : la prise de 4.5 mg/j m'a fait cesser  hyper-salivation et hyper-bâillements en moins de 2 mois. (témoignage cinéphile 94,forum). Bien qu’à dose homéopathique , il reste un médicament  et doit être prescrit par un médecin. Dans un premier temps il peut augmenter  des symptômes , notamment la spasticité. C’est pourquoi il est recommandé de commencer par 1.5 mg/j pendant 2 semaines, puis 3 mg/j pendant 2 semaines, pour  arriver à la dose optimale 4.5 mg/j à prendre le soir au coucher .
     Test Naltrexone débuté le 6 mars à 1.5 mg, passé le 21 à 3 mg, passé à 4,5 mg le 6 avril
    Interaction : annule l’effet des opiacés et de la codéine (cf de nombreux anti-douleurs)
    Effets secondaires : peux provoquer des réveils matinaux pendant les premiers jours . 
  • Teinture de balladone (fba75, forum) La Balladone est une plante Médicinale indiquée lors de problèmes du système nerveux ou de la digestion bien précis, prescrit sous strict contrôle médical, se présente en général sous forme de gouttes. Elle a, parmi ses propriétés, un effet inhibiteur de la sécrétion car elle contient de la scopolamine.
  • Laroxyl : est un antidépresseur assez puissant qui est prescrit à des doses pouvant dépasser les 150 mg par jour. Parmi les effets secondaires anticholinergiques du médicament,  on note une sécheresse de la bouche plus ou moins prononcée, d'où notre intérêt. Il faut toutefois être très prudent quant aux risques de somnolence, voire de fatigue accrue et s'en tenir à de très faibles doses : 5 à 10 gouttes (à réguler) à prendre le soir au moment du coucher. Les effets semblent être supérieurs à ceux du Naltrexone. A prescrire et à suivre par votre médecin.
     Test débuté le 6 décembre 2012 à  2 gouttes par jour, puis 10 gouttes depuis janvier 2013.

Important : n’essayez aucun traitement, même homéopathique, sans l’avis de votre médecin.
  •  Il existe d'autres traitements, prescrits pour freiner la salivation. Mais je me garderai de les décrire à cause de leur fonction première (antidépresseurs...) et leur effets secondaires impressionnants.
--