retour
.
Sortie à la Timone
.
Après une nuit très courte, toilette à 6h00 pour se préparer au départ vers la Timone.

8h00, l'ambulance arrive et on commence à me recouvrir de plusieurs couches de laine et du bonnet qui fait rire tout le monde.
Le brancard s'approche de mon lit, on me bascule sur une coque et là, on m'y esquiche comme une saucisse dans un hot-dog.

La porte-fenêtre s'ouvre (avant je passais par la fenêtre) et Aglagla, la météo qui avait annoncé -3° ne s'était guère trompée.
Me voilà dehors, mes yeux écarquillent, je découvre sur ma droite la nouvelle façade de la maison, puis sur ma gauche, surprise !!! ce sont des pingouins qui poussent le brancard ! Je crois que le froid m'a gelé la citrouille.

J'arrive dans l'ambulance et nous voilà partis avec Arno pour la ville. Une heure de trajet, un petit roupillon et nous voilà arrivés à la Timone.
Nous montons au 9ème étage, service neurologie et qui voilà à la sortie de l'ascenseur ? Michelle, que je suis spécialement venu voir ici, avant qu'elle prenne une retraite plus que méritée.
Elle m'accompagne dans une chambre où l'on m'y installe avant de commencer les hostilités.

Première tentative de piquouse, mais comme ça fait longtemps que je n'ai plus de veine, impossible de trouver la moindre goutte de sang. Nous trouverons plus tard une autre solution.
La principale raison 'médicale' de mon déplacement était le rendez-vous avec un dentiste. 7 ans de retard au détartrage ! Le truc noir que vous voyez, c'est un marteau-piqueur, VOUI ! Ils s'y sont même mis à 3 pour creuser, aspirer et extraire les blocs de calcaire.

Pas moins d'une heure de chantier (avec un tractopelle, on aurait gagné du temps). Pas très agréable cette partie de tartre, je n'y rejouerai pour de si tôt.

En remontant au 9ème, j'ai rencontré le docteur Lardiller, coordinatrice du réseau SLA PACA, partenaire de notre association, à qui nous avons laissé des documents et un Kikoz.
Voici l'alternative pour la gasometrie... mais celle-là, on ne me l'avait jamais faite ! avant de prélever, le perce-oreille me dit ''on va vous mettre une pommade à base de piment (pourquoi pas aussi du ketchup ?)... on va vous la laisser 10 minutes pour vasculariser un maximum et ça devrait bien chauffer''.
Chauffer ??? Au bout de 5 minutes j'ai cru que j'allais perdre le lobe et à 10 minutes j'avais l'oreille comme un choux-fleurs !
Le prélèvement ne fut qu'une formalité et, en réalité, ce ne fut pas si terrible que ça.
Me voilà libéré... chuuuuut, sur la photo, vous voyez bien que je me tire en douce, super content d'avoir revu Michelle, d'avoir fait un bilan avec le docteur Verchueren et de reprendre le chemin de la maison.

En fait, ce sont les mêmes pingouins qui sont venus me chercher, avec quelques degrés de plus, mais transis par un mistral à décorner les... cornus.

Voilà une journée peu banale. Ça faisait un an et demi que je n'avais pas mis le nez dehors, le reste aussi d'ailleurs et peut-être qu'aux beaux jours... une petite ballade en lit ?